Archives pour la catégorie GEREPI – PINAIL

Travaux hydromorphologiques sur la Réserve du Pinail

Photo : M. Bramard, 2016

Les travaux de restauration du lit du fossé de la Hutte par reméandrage et suppression de seuils réalisés en 2011 et 2012  ont fait l’objet de l’édition d’une fiche « retour d’expérience » en téléchargement libre : http://www.onema.fr/sites/default/files/pdf/rex_r7_Pinail_v2BD.pdf)

Les résultats obtenus par ces travaux, tout comme ceux réalisés sur le ruisseau du Rivau, montrent une diversification des habitats aquatiques, humides et des cortèges d’espèces associées. Par exemple, la population d’Agrion de Mercure (Coenagrion mercuriale), espèce cible de ces mesures, a colonisé ces linéaires et a vu ses effectifs augmenter notablement.

  • Contrat Territorial Vienne-Aval 2014-2018 : Partie amont du ruisseau du Rivau et fossé de la Reu

La poursuite de ces travaux, consolidée par les gains environnementaux obtenus, sera entreprise en automne 2017 sur la réserve. Lors d’une visite préparatoire réunissant GEREPI, SYRVA et Agence Française de la Biodiversité (anciennement ONEMA), des photos aériennes du Rivau ont été réalisées à l’aide d’un drone pour appréhender la situation après travaux pour la partie avale et avant travaux pour la partie amont. Une journée technique sera organisée lors de ces nouveau travaux afin d’envisager une prolongation de ces mesures sur l’ensemble du Rivau.

 

L’orchis tacheté

Orchis tacheté (Dactylorhiza maculata maculata) © A. Pernat
Orchis tacheté (Dactylorhiza maculata maculata) – © A. Pernat

 

Haute de 20 à 60 centimètres, cette orchidée doit son nom à ses feuilles tachetées. Ses fleurs varient du blanc au lilas foncé, en passant par le rose. Elles présentent des veines pourpres et sont regroupées en un épi serré. Notons que le mot orchis vient du grec ρχις et signifie testicule. Cela se rapporte à l’aspect des tubercules des orchidées.

Cette plante affectionne les terrains humides (prairies, marais, tourbières), argileux, marneux ou acides, mais est suffisamment robuste pour s’implanter sur d’autres milieux. Elle fleurit à partir du mois de mai jusqu’en juillet, et ses fructifications s’étalent de juillet à août. Sur la Réserve du Pinail, les orchis tachetés sont majoritairement blancs. C’est le moment de sortir et partir à sa rencontre!

La Leucorrhine à gros thorax

Libellule de petite taille, mais trapue et son thorax est volumineux, comme son nom l’indique… L’abdomen du mâle est noirâtre, avec une tache jaune citron bien visible sur le 7ème segment. D’autres taches passent progressivement du jaune vif au brun en fonction du vieillissement de l’individu.

© Y. SellierLa période de vol de cette libellule s’étend de début mai à fin juillet, mais le début du mois de juin constitue la période la plus favorable pour l’observation des imagos*. Les mâles sont facilement observables, ayant un comportement territorial bien marqué : ils se tiennent posés en général sur les plantes riveraines, chassant les intrus et surveillant l’arrivée des femelles.

Cette espèce protégée au niveau national est considérée comme étant «en danger critique» en Poitou-Charentes et elle est concernée par le Plan Régional d‘Actions en faveur des Odonates. Elle est présente sur la Réserve naturelle du Pinail.

Photos : © Y. Sellier

Zoom sur Le Triton marbré

C’est la saison des parades nuptiales !

C’est une espèce de grande taille mesurant de 115 à 170mm à corps plutôt épais. La face supérieure est habituellement marbrée de vert d’herbe, parfois de brunâtre ou jaunâtre sur fond noirâtre, brun rosé ou grisâtre. La face inférieure est gris sombre finement étoilé de blanc. La crête du mâle reproducteur est à bord légèrement festonné ou droit, un miroir doré parcoure la partie postérieure du  muscle caudal. Chaque femelle pond 200 à 380 œufs, de 1,8 à 2mm de diamètre, blancs jaunâtres à verdâtres uniformes, déposés un par un dans la végétation.

Les larves sont gris clair, verdâtres rarement brun foncé. Elles mesurent de 11 à 70 mm et ont des doigts très allongés. Cette espèce protégée au niveau national est la plus courante des 4 espèces de tritons présents sur la réserve. Des comptages sont réalisés chaque année de février à avril dans la Réserve naturelle du Pinail lors de leur reproduction. Elle passera l’hiver sur terre, bien installée sous une souche, une pierre ou une galerie de micromammifère.

Ici une femelle en phase terrestre très reconnaissable à sa raie dorsale orangée!

(Crédit photo : Yann SELLIER)

Article proposée par la réserve du Pinail dans le cadre du Contrat Territorial Vienne Aval

De nouveaux outils pédagogiques

maquette1_gerepiDans le cadre du Contrat Territorial Vienne Aval, grâce à un cofinancement de l’Agence de l’Eau Loire-Bretagne, DREAL Poitou-Charentes et Conseil Départemental de la Vienne, de nouveaux outils ont été conçus pour améliorer les animations destinées notamment aux scolaires et au grand public. Nous avons fait appel à un prestataire spécialisé dans ce genre de création, ayant connaissance de la problématique et des besoins des animateurs, à savoir l’entreprise « Créalogique ». La première maquette représente une coupe interprétative de la géologie du Pinail qui permet de visualiser la composition du sol ainsi que les mouvements d’eau sur le plateau du Pinail au sein du bassin versant de la Vienne.

La seconde maquette permet d’expliquer le procédé d’extraction de la pierre meulière d’après les écrits qui ont été étudiés et ainsi de comprendre la formation des mares actuelles.

maquette2bis_gerepimaquette2_gerepi