Archives pour la catégorie Milieu aquatique

Travaux d’aménagement sur le Thierzat

Par le Syndicat Mixte du Pays Montmorillonais.

Les travaux d’entretien et d’aménagement des cours d’eau menés par le SMPM dans le cadre du Contrat Territorial Vienne Aval (CTVA) signé avec l’Agence de l’Eau Loire-Bretagne, se poursuivent sur le ruisseau de Thierzat. C’est un affluent de la Vienne qui coule sur les communes de Millac, l’Isle Jourdain et Moussac.

L’équipe des agents du chantier d’insertion du SMPM est actuelle- ment à pied d’œuvre pour abattre des arbres penchants ou élaguer les branches basses, et enlever certaines accumulations d’arbres et de branches (les embâcles). Les travaux de restauration de la végétation réalisés le long du cours d’eau, vont permettre :

  • de prévenir la chute d’arbres,
  • de développer le système racinaire des arbres favorable au maintien des berges,
  • de créer une  alternance  de zones d’ombre  et de lumière favorable à la biodiversité aquatique,
  • d’améliorer la circulation  de l’eau.

Ces travaux seront complétés par des actions complémentaires comme la mise en place de clôtures agricoles, l’aménagement d’abreuvoirs et l’équipement de buses ou de seuils pour favoriser la remontée des poissons sur les lieux de fraie.

Le 23 novembre dernier, Joël Faugeroux, président du SMPM, Gisèle    Jean    Vice-Présidente de la CCM en charge de l’En- vironnement, David Quiévreux responsable du pôle technique du SMPM, Arnaud Calendrier technicien de rivière, ainsi que des élus des communes traversées par le Thierzat, étaient sur place pour apprécier la qualité du travail effectué par les équipes et échanger sur la qualité de l’eau et la nécessité de poursuivre les actions.

Télécharger l’article : travaux_thierzat_SMPM.pdf

Ces travaux sont réalisés avec le concours financier de l’Agence de l’Eau Loire-Bretagne, de l’Europe (Fonds Européens FEDER), de l’Etat, du Conseil Régional Aquitaine-Poitou-Charentes-Limousin, du Conseil Départemental de la Vienne, de la Communauté de Communes du Montmorillonnais et de la Fédération de Pêche de la Vienne.

Renseignements SMPM : 05 49 91 07 53

Balade nature au bord de l’eau

Dans le cadre du contrat territorial Vienne Aval, partez à la découverte des zones humides de la Vienne : de remarquables paysages, une riche biodiversité… Venez-vous immerger dans ces paysages somptueux mais aussi fragiles, qui vous révéleront leurs multiples rôles.

Vienne Nature, dans le cadre du Contrat Territorial Vienne Aval créé par l’Agence de l’eau Loire Bretagne et coordonné par le Syndicat de Rivière Vienne et affluents, organise des sorties nature à destination de tous au sein du département de la Vienne.

Celles-ci ont pour objectif de faire découvrir au plus grand nombre les zones humides du département : paysages, biodiversité (faune et flore), rôles et sensibilité de ces milieux… afin de mieux les connaître pour mieux les protéger.


 

Ces sorties gratuites, au nombre de 5 en 2016, auront lieu :

  • Le vendredi 15 avril 2016 à 17h30, rendez-vous devant l’église de Saint-Gervais-les-trois-clochers
  • Le mercredi 18 mai 2016 à 14h30, rendez-vous devant l’église de Vouneuil-sur-Vienne
  • Le dimanche 19 juin 2016 à 10h, rendez-vous devant l’église de Persac
  • Le samedi 2 juillet 2016 à 14h, rendez-vous devant le kiosque de la place du marché de Chauvigny
  • Le mardi 19 juillet 2016 à 18h, rendez-vous devant l’église d’Antran

 

Pour tous renseignements et inscriptions, contactez Vienne Nature au :  05 49 88 99 04 – vienne.nature@wanadoo.fr

Plus d’infos sur : http://www.vienne-nature.asso.fr/ctva-animation.html

Bilan de l’année 2015

logo_SyRVA_optLe Syndicat Rivière Vienne et Affluents (SyRVA), est un syndicat de rivière regroupant 24 communes.

Sur les communes adhérentes, il a pour mission d’organiser et de coordonner une gestion de l’eau à l’échelle du bassin versant qui privilégie l’intérêt général et la préservation des milieux aquatiques.

En 2015, le syndicat a travaillé principalement sur trois axes
– sur la gestion des jussies sur la Vienne et un de ses affluents, le Rin.
– l’élaboration de la DIG (déclaration d’Intérêt Générale) procédure longue et complexe préalable aux travaux sur le domaine public et privé pour restaurer la rivière avec des fonds publics.
– sur des opérations de gestion et de suivis de la ripisylve réalisés sur certaines îles de la Vienne (Île Cognet, Roche Hennequin, Moulin des Dames…) par le biais des agents du syndicat.

Des chantiers jeunes ont également été organisés sur Chauvigny et Vouneuil sur Vienne, pour informer sensibiliser un public d’adolescents à l’importance de la qualité d’eau et au bon fonctionnement de la rivière.

De plus, en complément de ces actions, une journée de formation à destination des élus du territoire du SyRVA a été organisée pour permettre d’échanger et de comprendre les techniques d’aménagement des rivières (hydromorphologie).

Vous pouvez contacter les techniciens rivières du syndicat aux coordonnées suivantes : BONNARD Coralie et IOTTI Loïc  au 05 49 85 20 09

La Pargue : Programme 2016 et pour les années suivantes

La Pargue restaurée par le Syndicat Mixte du Pays Montmorillonnais (SMPM) dans le cadre du Contrat Territorial Vienne Aval

• Réalisation de clôtures et d’abreuvoirs pour éviter le piétinement des animaux.
• Travaux de rétablissement de la continuité écologique du cours d’eau pour améliorer la circulation des poissons, de l’eau et des sédiments.
• Travaux d’hydromorphologie (dépôt de pierres, cailloux et blocs dans le lit du ruisseau) pour restaurer les habitats aquatiques.
• Plantation d’arbres adaptés au bord de cours d’eau pour reconstituer une ripisylve et continuité de l’arrachage de la jussie.
La Pargue est une rivière de 1re catégorie, la truite Fario est un poisson noble vers lequel se tournent les efforts d’aménagement.


 

Ces travaux sont réalisés avec le concours financier de l’Agence de l’Eau Loire-Bretagne, de l’Europe (Fonds Européens FEDER), de l’Etat, du Conseil Régional Aquitaine-Poitou-Charentes-Limousin, du Conseil Départemental de la Vienne, de la Communauté de Communes du Montmorillonnais et de la Fédération de Pêche de la Vienne.

Renseignements SMPM : 05 49 91 07 53

Légende photo : Syndicat Mixte du Pays Montmorillonnais : Joël Faugeroux (Président du SMPM), Gisèle Jean (Vice-Présidente de la CCM en charge de l’Environnement), Jean-François Violette (Adjoint au maire du Vigeant), Franck Magnon (Chef de Service Environnement), Arnaud Calendrier (Technicien de Rivières) et l’équipe du chantier d’insertion du SMPM sur la rivière La Pargue – Le Vigeant.

La Pargue : Bilan de l’année 2015

Dans le Montmorillonnais, les élus s’engagent pour la qualité de l’eau. Joël Faugeroux, Président du SMPM : « Le monde rural a évolué et l’entretien de nos rivières ne se fait plus comme auparavant. C’est pourquoi aujourd’hui la collectivité, garante de l’intérêt général, se substitue aux riverains car le bon état écologique de nos cours d’eau, dont dépend la qualité de l’eau, est un enjeu d’avenir… ».

Restaurer la végétation des berges et le lit du cours d’eau fait partie d’un programme d’actions menées par le SMPM. Sur la Pargue, affluent de la Vienne sur la commune du Vigeant, la première étape a consisté en 2015 à restaurer la ripisylve(1) laissée sans entretien depuis plus de 10 ans. Devenue par endroit très dense, jusqu’à parfois obstruer le passage de la lumière vers le ruisseau. La végétation était en mauvais état sanitaire avec des arbres dépérissants et penchants. La restauration a donc consisté à abattre et à recéper sélectivement des arbres pour rétablir un équilibre végétal sur plus de 12 km de rives. Les branches basses penchant sur la rivière, ont été élaguées pour prévenir la formation d’embâcles (2) et le risque d’inondations.

Les embâcles(2) (environ une quarantaine) ont été enlevés du lit quand ils empêchaient une bonne circulation de l’eau, des sédiments et des poissons, ou conservés comme caches pour les poissons.

Le bassin versant de la Pargue est un territoire où l’élevage bovin est encore présent. Le piétinement du bétail occasionne un affaissement des berges et un colmatage du fond du lit. Pour pallier cette altération au cours d’eau, plus de 300 mètres de clôtures ont été installées le long des berges.

La Pargue n’échappant pas à l’invasion de la jussie, un arrachage sur un linéaire de 400 mètres a été réalisé en fin d’été.

Pour réaliser ces travaux, le SMPM emploie une équipe de 15 agents au sein de son chantier d’insertion. « Concilier l’employabilité des personnes en milieu rural et la préservation des milieux aquatiques est un atout pour le territoire » déclare Joël Faugeroux.

(1) Ensemble de la végétation en bordure de rivière, elle sert entre autre à stabiliser les berges.
(2) Accumulation de matériaux transportés par l’eau et formant des obstacles à l’écoulement naturel.

Zoom sur Le Triton marbré

C’est la saison des parades nuptiales !

C’est une espèce de grande taille mesurant de 115 à 170mm à corps plutôt épais. La face supérieure est habituellement marbrée de vert d’herbe, parfois de brunâtre ou jaunâtre sur fond noirâtre, brun rosé ou grisâtre. La face inférieure est gris sombre finement étoilé de blanc. La crête du mâle reproducteur est à bord légèrement festonné ou droit, un miroir doré parcoure la partie postérieure du  muscle caudal. Chaque femelle pond 200 à 380 œufs, de 1,8 à 2mm de diamètre, blancs jaunâtres à verdâtres uniformes, déposés un par un dans la végétation.

Les larves sont gris clair, verdâtres rarement brun foncé. Elles mesurent de 11 à 70 mm et ont des doigts très allongés. Cette espèce protégée au niveau national est la plus courante des 4 espèces de tritons présents sur la réserve. Des comptages sont réalisés chaque année de février à avril dans la Réserve naturelle du Pinail lors de leur reproduction. Elle passera l’hiver sur terre, bien installée sous une souche, une pierre ou une galerie de micromammifère.

Ici une femelle en phase terrestre très reconnaissable à sa raie dorsale orangée!

(Crédit photo : Yann SELLIER)

Article proposée par la réserve du Pinail dans le cadre du Contrat Territorial Vienne Aval

Migrations 2016 : Premières lamproies marines sur la Vienne et la Creuse

Les premières lamproies marines sont arrivées sur le bassin de la Vienne. Deux individus ont été comptés le 1 février sur la Creuse au barrage de Descartes. Une autre lamproie a été observée le 9 février sur la Vienne au barrage de Châtellerault. Chaque année plusieurs dizaines de milliers de lamproies marines remontent les cours d’eau du bassin de la Loire pour accéder aux zones de frayères et s’y reproduire durant les mois de mai et juin.

Lamproie-à-Châtellerault-le-09-02-2016-logrami

Bilan de la Régie saisonnière

Financée en partie grâce au Contrat Territorial Vienne Aval, la Régie saisonnière est composée d’une responsable d’équipe Julie MORISSON et de deux agents Joël NOTTELET et Maxime DOMINOT. Trois stagiaires ont été associés aux travaux de la régie : Sonia GRELLIER (en Juin), Julien DELHOUME (en Mai) et Florian DAIRON (en Mai).

En dehors de sa régie, le SyRVA a fait appel à des entreprises locales : Eau Libre et Fougères mais également à une entreprise de réinsertion Eive 86. Par ailleurs, le syndicat a mis en place un chantier d’insertion avec l’association Vienne et Moulière Solidarité.

La Régie a permis de réaliser de multiples interventions : lutte contre les espèces envahissantes, travaux d’entretien sur la ripisylve et les bords de cours d’eau (abattages sanitaires ou sécuritaires, coupes sélectives, débroussaillages…). Ce travail est rendu possible par le recrutement d’agents aux compétences complémentaires.

bilan_regie_SyRVA_09_2015Dans les prochaines semaines, de nouvelles interventions sur la Jussie, la gestion de la ripisylve et des bords de cours d’eau vont pouvoir être mises en place sur de nouvelles communes (élagage, restauration de la ripisylve, plantations etc.).

Plus d’information>>>

Migration et reproduction de l’alose et de la lamproie marine sur la Vienne : c’est parti !

Depuis l’arasement du barrage de Maisons-Rouges à l’entrée de la Vienne en 1999, les poissons grands migrateurs ont recolonisé la Vienne aval. Sa réouverture a été poursuivie par l’aménagement de dispositifs de franchissement à Châtellerault (2004), Bonneuil et Saint Mars (2009) et Gouex-Villars (2012). Les zones de reproduction de la lamproie marine et de l’alose, jusqu’ici inaccessibles suite à la construction de nombreux ouvrages au 19ème siècle, ont été en partie rouvertes jusqu’au complexe hydroélectrique de l’Isle-Jourdain.

Sur la Vienne, le suivi des poissons migrateurs est assuré par l’Antenne Vienne de Loire Grands Migrateurs, association pour la gestion et la restauration des poissons migrateurs sur le bassin de la Loire, dans le cadre du Plan Loire. Certaines actions spécifiques aux affluents de la Vienne jusqu’ici peu prospectés, notamment l’étude des potentialités pour la lamproie marine, ont été inscrites au Contrat Territorial Vienne aval porté par le SyRVA.

Photo tirée d’une vidéo de comptage d’alose à Châtellerault - © LOGRAMI
Photo tirée d’une vidéo de comptage d’alose à Châtellerault – © LOGRAMI

Depuis début mars, le début de la migration de la lamproie marine et des aloses a été observé à la station de comptage de Châtellerault sur la Vienne. Les deux premières aloses de l’année 2015 ont franchi le barrage de la manufacture le 15 mars dernier. Quelques jours plus tôt, la première lamproie marine a aussi été observée. Les dates de début de migration de ces deux espèces sont globalement similaires à celles des années précédentes.

Au 19 avril, LOGRAMI a dénombré 1787 lamproies marines et 25 aloses en migration de reproduction à la station de comptage de Châtellerault. Ces chiffres sont, bien entendu, provisoires puisque nous sommes au début de la saison de migration. Sur la Vienne, la migration de ces espèces s’étale en général de mars à juillet pour la lamproie et de mars à juin pour les aloses.

Dans le même temps, la reproduction a commencé pour les premiers individus arrivés sur la Vienne. Les aloses ont commencé à se reproduire depuis mi-avril. Celle des lamproies marines vient de débuter avec les premiers nids observés ces derniers jours, au niveau de Châtellerault.

Photo de lamproies marines sur nid (© A. Postic-LOGRAMI)
Alose à la station de vidéo-comptage de Châtellerault (© LOGRAMI)

Régulation de la population de ragondins sur les communes de l’Ozon

Entre avril et mai, une opération de régulation de la population de ragondins sera réalisée sur l’Ozon et ses affluents. Cette campagne de piégeage sera conduite simultanément dans 10 communes.

Le ragondin est un rongeur aquatique originaire d’Amérique du Sud. Il a été introduit en France à la fin du XIXe siècle pour sa fourrure. Sa très bonne adaptation à notre climat et sa très forte prolifération en font une espèce envahissante. Elle a colonisé la quasi-totalité de notre réseau hydraulique. Aujourd’hui, le ragondin concurrence d’autres espèces locales sur comme le campagnol amphibie.

Mais ce n’est pas tout. Le Ragondin présente un risque pour la santé publique car il véhicule des maladies transmissibles à l’homme et aux animaux. Il est aussi à l’origine de dommages ayant une incidence économique : sur les cultures lorsqu’elles sont au bord de l’eau, sur les infrastructures et ouvrages. Aussi, le creusement des terriers accélère l’érosion des berges.

Le Conseil Départemental de la Vienne est partenaire financier de la campagne. Le Syndicat Rivière Vienne et Affluents met en œuvre la lutte collective avec l’appui de la FDGDON 86.

Les communes concernées sont : Archigny, Availles-en-Châtellerault, Bonneuil-Matours, Châtellerault Targé, Chenevelles, Monthoiron, La Puye, Paizay-le-Sec, Sainte-Radégonde, Senillé.