Le désherbage mécanique : allons-nous suivre la trace des bretons ?

Pour la seconde fois, une dizaine de céréaliers et éleveurs du territoire de Vienne Aval se sont retrouvés à Châtellerault le lundi 4 avril 2016 pour échanger sur les pratiques de désherbage en grandes cultures économes en intrants. Après une séance sur la reconnaissance des adventices le 17 mars, les participants sont rentrés dans le vif du sujet en abordant le thème du désherbage mécanique, une technique pour concilier propreté des parcelles et préservation de la qualité de l’eau sur la zone du Contrat de Territoire Vienne Aval. Les résistances accrues des mauvaises herbes aux désherbants expliquent que de plus en plus d’agriculteurs en conventionnel se tournent vers ces solutions, mais encore faut-il se procurer le matériel adéquat et se former sur ces pratiques (seuils d’intervention, réglages des outils, vitesse).

Les participants ont pu découvrir l’action portée en Bretagne par Agrobio 35, qui accompagne depuis plus de 10 ans 600 agriculteurs conventionnels sur 15 bassins versants. Une comparaison chez les agriculteurs a montré des coûts équivalents pour des programmes de désherbage chimique, alterné mécanique-chimique, et tout mécanique. Mais le principal pas à franchir n’est peut être pas économique, l’agriculteur doit accepter de secouer un peu ses cultures le temps d’un passage d’outil, pour leur bien : « La herse étrille ça fait peur, tu te dis je vais tout casser, mais finalement non ! ».

Prochaine étape le 25 mai en parcelle de maïs : devenez autonomes sur les seuils d’intervention en désherbage grâce à une méthode simple de comptage des adventices présentes. Les nouveaux à la formation seront les bienvenus.


Contact pour participer la formation gratuite : Maria, CIVAM 86 – civam86.maria@gmail.com – 06 42 07 72 88